Premiers clients et production 4.0 pour Ariane 6

Ariane 6 en chiffres

Un an après l’annonce du premier contrat institutionnel du nouveau lanceur lourd européen, confié par l’Agence spatiale européenne pour le lancement de quatre satellites Galileo (sur deux missions différentes) à partir de fin 2020, Stéphane Israël, président exécutif d’Arianespace, a dévoilé le 10 septembre avoir conclu un  accord de service multi-lancements de long terme avec l’opérateur français Eutelsat. Cet accord concerne la mise à poste sur orbite géostationnaire d’ici 2027 de cinq nouveaux satellites de télécommunications, pour lesquels Ariane 6 est le lanceur de référence. Eutelsat devient ainsi le premier client privé d’Ariane 6.

Ce contrat s’ajoute à celui signé en février 2013 (et étendu en 2017) pour les satellites Eutelsat 7C, Quantum et Konnect.

"Nous sommes fiers d'être le premier opérateur à signer pour Ariane 6, a déclaré Rodolphe Belmer, directeur général d'Eutelsat. Ce programme européen emblématique va renforcer notre capacité à accéder à l'espace en conjuguant disponibilité, compétitivité et fiabilité. Il conforte la relation que nous avons tissée avec notre partenaire de longue date, Arianespace, auquel nous avons déjà confié le lancement de la moitié de notre flotte".

Deux autres contrats ont également été annoncés. Le premier concerne le lancement du troisième satellite de reconnaissance militaire français CSO (Composante spatiale optique), pour le compte du Cnes et de la DGA. C’est la confirmation de la décision prise le 19 juin dernier entre Florence Parly, ministre des Armées, et son homologue allemande Ursula von der Leyen, à l’occasion du Conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu à Meseberg (Allemagne). Destiné à une orbite basse héliosynchrone, CSO 3 sera confié à une Ariane 62 (avec deux propulseurs d’appoint).

Le dernier contrat a été signé avec l’Agence spatiale indienne (Isro), pour l’embarquement sur Ariane 5 des deux satellites de télécommunications géostationnaires GSat 30 et 31, à partir de la fin de cette année.

Par ailleurs, une rencontre à Daejon le 20 septembre entre Arianespace et l’Agence spatiale coréenne (Kari) devait déboucher sur la signature d’une nouvelle commande pour le futur lanceur léger Vega C.

En attendant, le carnet de commandes d’Arianespace atteint 59 lancements à ce jour, tous lanceurs confondus, pour un montant total de 4,9 Md$.

Le 12 juillet dernier ArianeGroup a inauguré au Haillan (nord-ouest de Bordeaux), une chaîne d’assemblage des tuyères du moteur P120C des programmes Ariane 6 et Vega C. Sur 1 600 m2, cet atelier 4.0 développé en partenariat avec Clemessy, spécialiste de la mécanisation industrielle, va servir à la production des tuyères des propulseurs d’appoint à propergol solide du futur lanceur lourd Ariane 6 (à partir de mi-2020), et du premier étage du futur lanceur léger Vega C (courant 2019) d’Arianespace. L’objectif visé à partir de 2023 est de tripler la cadence de production actuelle des tuyères qui équipent les étages d’accélération à poudre (EAP) d’Ariane 5, et donc d’atteindre 34 tuyères par an.

Quatre grandes zones ont été aménagées sur l’atelier, sur le principe du « lean management ». Elles permettent d’effectuer des opérations d’assemblage, de traitement de surface, de bobinage et de collage, avec l’aide de puissants robots industriels. Ceux-ci, dérivés de l’industrie automobile, ont été adaptés aux besoins de précision de certaines opérations, effectuées à quelques dizaines de microns près.

La B-Line a été aménagée en moins de trois ans, ce qui constitue un réel exploit selon Alain Charmeau, président exécutif d’ArianeGroup, qui s’accompagne d’un "changement d'état d'esprit, de nouvelles façons de travailler et d’une grande motivation des équipes, qui regardent vers l'avant".

"La tuyère produite sur la nouvelle B-Line du Haillan contribue aux objectifs des programmes Ariane 6 et Vega C, avec des coûts optimisés et des cycles réduits, sur la base d’un design simplifié et grâce à l’utilisation de technologies et de procédés innovants, a-t-il déclaré […]  Avec cette B-Line de Bordeaux et la V-Line de Vernon en Normandie, inaugurée fin 2016 pour l’assemblage final des moteurs Vinci et Vulcain 2.1 d’Ariane 6, ArianeGroup dispose de moyens de production et de savoir-faire uniques au monde en matière de propulsion solide et liquide. Nous complétons ces moyens avec les bâtiments d’assemblage des étages d’Ariane 6, en cours de réalisation à Brême, en Allemagne, pour l’étage supérieur et aux Mureaux, en France, pour l’étage principal".

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
YouTube icon
RSS icon