La mission Mars 2020 prioritaire

Technologie

Malgré le passage en télétravail dans la plupart de ses centres et la fermeture de certains sites pour enrayer la pandémie de Covid-19 (qui a notamment atteint une personne sur le Centre spatial Kennedy, en Floride), la Nasa a défini quels programmes nécessitaient encore la présence de main d’œuvre, et quels travaux devaient être interrompus, si non réalisables à distance. C’est la mission Mars 2020, qui doit expédier cet été un robot mobile et un drone vers la planète rouge, qui a été jugée prioritaire, à la différence notamment du télescope spatial James Webb (JWST), dont les opérations d'intégration et de tests en Californie sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

C’est début mars que l’agence spatiale a dévoilé le nom de "l’astromobile" de la mission : Persévérance. Il s’agit du cinquième robot américain à partir sur la planète rouge, après Sojourner (juillet 1997), Spirit et Opportunity (janvier 2004), puis enfin le brave Curiosity (août 2012).

"Nous suivons de près l’évolution du coronavirus (COVID-19) et de la situation, et nous promettons la mise en place de plans en cas de problèmes, a déclaré Allard Beutel, un porte-parole de la NASA, à Fox News. Actuellement, le coronavirus n’a pas tant que cela impacté la mission Mars 2020 et le rover Persévérance. Le travail se poursuit".

La NASA prend en ce moment des précautions draconiennes. Charlotte sur la tête, blouses, gants, surchaussures, masques sur le visage… "Cela fait trente ans que je collabore avec la NASA, je n’ai jamais vu quelqu’un mettre un postillon sur un rover", a d’ailleurs confié Sylvestre Maurice, de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie. "La priorité des priorités de la NASA, c’est la santé des gens qui travaillent pour elle".

La NASA doit donc revoir l’entièreté de ses programmes et hiérarchiser son planning, en gardant ce qui est essentiel : la mission Mars 2020. Plusieurs projets ont donc été mis en pause : cessation de toute activité au centre spatial John C. Stennis (Mississippi) et sur le site d’assemblage de Michoud (Louisiane), arrêt momentané du projet de télescope spatial James Webb (JWST)… "Le développement et la fabrication du Space Launch System, le plus gros lanceur de la NASA, et de la capsule habitée Orion sont stoppés. Ces deux éléments constituant le cœur du projet américain de retour sur la Lune, celui-ci est de fait mis entre parenthèses".

Si tout va bien, donc, Persévérance partira pour Mars au cours de l’été. La NASA  a notifié hier que le robot devrait quitter la Terre muni d’un message codé en morse. Une plaque gravé, abrite les puces qui contiennent les 10 millions de noms des personnes qui ont participé à la campagne "Send Your Name to Mars". Sur son illustration, on aperçoit la Terre et Mars d’un côté et de l’autre du Soleil qui rayonne. Certains de ses rayons, en forme de pointillés, ne sont pas dessinés au hasard : c’est là que se trouve le message en morse.

Pour rappel, le robot doit atterrir sur la planète rouge en février 2021.  Il commencera alors son exploration du cratère Jezero, un site retenu pour sa diversité géologique (et qui a certainement abrité un grand lac par le passé). Perseverance devra collecter plusieurs échantillons martiens, qui pourront revenir sur Terre dans une mission de retour d’échantillons dont les modalités n’ont pas encore été clairement définies. La mission du rover doit au moins durer une année martienne, soit 687 jours terrestres. La fenêtre de lancement de la mission est prévue entre le 17 juillet et le 5 août 2020 avec une fusée Atlas 541 d’United Launch Alliance (co-entreprise de Boeing et Lockheed Martin).

Le drone Mars Helicopter Scout (MHS) également embarqué sur Mars 2020 vient d’effectuer un ultime essai au Centre spatial Kennedy. Ses pales ont été mises en mouvement, à la vitesse de 50 rotations par seconde, pour la dernière fois avant son déploiement sur la planète rouge, en mars ou avril 2021.
D’une masse de 1,8 kg, MHS est équipé d’un moteur bi-rotor fonctionnant à l’énergie solaire. Il effectuera des vols de 90 secondes, jusqu’à 5 m de hauteur, l’équivalent de 30 km sur Terre, tellement l’atmosphère martienne est ténue.

En vidéo ci-dessous --> Inspection du rover Perseverance