Musique

Genesis se reforme pour une tournée au Royaume-Uni

Le trio forme le Genesis deuxième période, après le départ en 1975 de Peter Gabriel du groupe fondé huit ans plus tôt. Phil Collins, à la batterie et au chant, Mike Rutherford à la guitare et Tony Banks au clavier, 69 ans tous les trois, se réunissent à l’occasion de cette tournée baptisée The last domino ? (Le dernier domino?). Il seront rejoints par le fils de Phil Collins, Nicholas, 18 ans, à la batterie, et Daryl Stuermer à la guitare et à la basse. Avec des succès comme I Can’t Dance et That’s all, Genesis a connu un grand succès dans les années 1970, 1980 et 1990, vendant plus de 130 millions d’albums. Phil Collins avait quitté le groupe en 1996 puis avait vendu plus

Tame Impala, une lente ruée vers un 4eme album

Devenu le chef de file de la nouvelle vague psyché rock australienne, Kevin Parker a enregistré seul les 12 pistes de The Slow Rush (La lente ruée) entre sa ville natale de Fremantle, située dans la banlieue de Perth, et Los Angeles. Dès les premières mesures de l’ouverture One More Year, ses ambitions sont clairement énoncées : finis (ou presque), les riffs épais des deux premiers albums à tendance lo-fi de Tame Impala, il est temps de montrer un autre visage au psychédélisme. Tout aussi trippant, mystérieux, mais explorant davantage les fantasmagories des années 80 que celles des sixties. Pour ce, Parker met le paquet sur les synthétiseurs, sans oublier foule

Moonlight Benjamin, métissages blues-rock

La prêtresse vaudou poursuit ses métissages blues-rock à travers son troisième album, Simido. La musique de Moonlight Benjamin, installée en France, se nourrit de multiples rencontres. Son prénom lui a été donné par un père pasteur protestant haïtien, qui l’a élevée dans une éducation stricte, après la mort de sa mère à sa naissance. Moonlight, le "clair de lune", pour signifier celle qui prêche, celle qui éclaire. La jeune fille découvre très tôt la musique à l’église. "Un mélange de variété haïtienne et de jazz. Mais c’est une cassette de Wawa et Azor qui m’a bouleversée". Moonlight quitte son village perdu dans les montagnes et grandit dans un orphelinat. Des années

Who l'album événement

C'est l'album qu'on n'espérait plus d'une des dernières légendes du rock. Les Who sont toujours en tournée, le guitariste Pete Townshend n'a jamais cessé de composer, le chanteur Roger Daltrey a même sorti un album solo surprise l'an dernier, mais les deux survivants du groupe créé en 1964, depuis la mort du batteur Keith Moon en 1978 et du bassiste John Entwistle en 2002, n'avaient pas fait de disque sous ce nom depuis treize ans. Et c'est une excellente surprise. Leur douzième album, sobrement intitulé "Who" (Polydor/Universal Music), est leur meilleur depuis… "Who Are You", en 1978. A respectivement 74 et 75 ans

Le festival Paris Hip-Hop

Le terme hip hop est souvent, et à tort, confondu avec celui de rap, alors que le rap n’est qu’un genre appartenant au mouvement hip-hop. Avec le festival Paris Hip-Hop, il n’est plus possible d’en douter désormais. Hip-hop par ci, hip-hop par-là, on finirait presque par oublier l’essence même de cette désignation. Heureusement, depuis plus de dix ans déjà (la première édition date de 2006) le festival Paris Hip-Hop ne se prive pas de rappeler les réelles valeurs du mouvement. Du 1er au 23 juin prochain, plusieurs évènements se dérouleront dans la capitale et sa périphérie. On retrouvera de nombreux artistes

Chorus festival: les sons du printemps

C’est avec un format renouvelé que Chorus, le festival des musiques actuelles des Hauts-de-Seine retrouve, du 3 au 7 avril, La Seine Musicale. À l’occasion de cette 31e  édition, le public pourra profiter de quatre jours de concerts contre un seul week-end auparavant, avec plus de soixante-dix groupes annoncés. Autre nouveauté, une sixième scène à la pointe de l’île accueillera des concerts électro dans une ambiance lounge. Le mercredi 3 est exclusivement consacré au Chorus des enfants. Dans ce "festival dans le festival" destiné à toute la famille s’invitent le répertoire de Gainsbourg, une sieste musicale

Africa Bass Culture, le festival africain électro

Le festival Africa Bass Culture fête sa quatrième année d’existence en 2019. Les projets avancent et l'équipe du festival pense déjà à l’international. Cette année, le festival itinérant burkinabè se déroulant du 1er au 10 mars à Ouagadougou et le 15 et 16 mars à Bobo Dioulasso prolonge la fête en Côte d’Ivoire les 22 et 23 mars. Africa Bass Culture (ABC) est né de la volonté de plusieurs organisations de monter un projet lié à la musique électronique en Afrique. Ouaga Jungle, ancien café-concert devenu studio et tenu par le Français Camille Louvel, les Nantais de Trickart Ouaga Lab et SUPA collaborent les uns avec les autres

Kéry James rappe encore

Kéry James, c’est l’histoire d’un éternel retour. L’histoire d’un MC mineur (15 ans en 1992 lors de la sortie de son maxi 45 tours La Vie est brutale) qui a craché ses premières rimes sur Ragga Jam, le fameux freestyle du magistral premier album de MC Solaar Qui sème le vent récolte le tempo. Celui qui s’appelait encore Daddy Kery beuglait de sa voix prépubère des lyrics étonnamment matures ("Je ne veux pas aller au service militaire, je ne veux pas faire la guerre pour un morceau de terre (…) Les militaires ont tout dans la gâchette, rien dans la tête"). La Vie est brutale, pourtant sorti sur un label de dance music

Un album posthume pour Prince

Après plus de deux ans sans Prince, voilà que sort le premier véritable album posthume du Kid de Minneapolis. "Piano and A Microphone" est une répétition intime enregistrée en 1983 sur cassette, durant laquelle Prince improvise et travaille ses chansons, seul au piano, un an avant "Purple Rain". Une authentique merveille, contenant neuf titres dont quatre inédits, qui valait la peine d'être exhumée. Autant les fans de Prince savent qu’il composait en permanence et que des bijoux par dizaines dorment sans doute encore dans ses archives, autant la perspective d’aller fouiller dans ses poubelles pour en exhumer

4 Sang, la nouvelle figure du rap français ?

Cheveux mi-longs, petite moustache qui rappelle celle d’Akhenaton dans les années 1990, 4 Sang, Bastien à la ville, est peut-être la nouvelle figure du rap français. C’est à Issy-les-Moulineaux, sa ville, que 4 Sang reçoit. Pour lui, pas de whisky comme Booba, le duc de Boulogne, mais un thé Earl Grey "bien fort". Depuis 8 ans, le jeune homme se produit sur les scènes isséennes, enregistre dans les studios de sa commune ou, en voisin, à Paris, pour percer dans le milieu du rap. Il vient de boucler, au début du mois, une campagne de financement participatif à 1 500 € qui va lui servir à produire son 4e EP (un disque d’une durée moins longue

Pages

Souscrire à Musique